Cheville ouvrière : essai de journalisme critique en quartiers populaires : enquête à Saint-Pol-sur-Mer, à deux pas de Dunkerque / Antoine Tricot

Livre

Tricot, Antoine. Auteur

Qu'est-ce qu'un quartier populaire en dehors de l'image qu'en donne le JT de 20H? Sans sensationnalisme, ni misérabilisme, et loin des clichés. Peut-on changer ce prisme qui nous fait voir ces "banlieues" au travers uniquement du fait divers, de la violence, de la drogue et de tous les maux (et les mots) auxquels on les associe?

Voir la collection «Poche»

Autres documents dans la collection «Poche»

Vérification des exemplaires disponibles ...

Consulter en ligne

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Chevillé au coeur! 5/5

    Antoine Tricot est journaliste et documentariste indépendant. Actif au sein du secteur public radiophonique (La Série documentaire, Le Temps du Débat sur France Culture), il a également publié des articles sur le monde de la culture et des idées dans des médias allemands et français. Il développe en parallèle une démarche de création photographique. Le 24 septembre, il publie aux éditions Créaphis une enquête stimulante et fouillée, "Cheville ouvrière: Essai de journalisme critique en quartiers populaires." L'enquête, qui nous plonge dans la petite ville de Saint-Pol-sur-Mer située à deux pas de Dunkerque, procède à un portrait sensible du territoire, de ses habitants et de son histoire. Qu'est-ce qu'un quartier populaire en dehors du journal télévisé de 20H? Sans sensationnalisme, ni misérabilisme? Poser cette question, c'est d'abord faire face à toute une série de clichés, de tics et de raccourcis liés à la fabrique médiatique de l'image des banlieues. Peut-on changer ce prisme qui nous fait voir ces espaces hétéroclites au travers uniquement du fait divers, de la violence, de la drogue et de tous les maux (et les mots) auxquels on les associe? La classe ouvrière de cette petite ville française est abordée dans son historicité et dans son importance, rappelant que la cheville ouvrière est l'agent principal et essentiel d'un processus, d'une affaire qui tourne, celle de la ville elle-même donc (elle est en même temps une occasion pour Antoine Tricot de repenser l'approche journalistique dominante des quartiers populaires, en faisant le pari d'un journalisme situé, visant à transmettre au lecteur toute leur actualité et leur hétérogénéité sociale, politique et culturelle) bien trop souvent oubliée et caricaturée à coup de raccourcis et de préjugés en tous genres. L'auteur s'est immergé dans ces lieux avant la mise en chantier d'un grand projet de rénovation urbaine. Au cours de ses nombreux itinéraires d'enquête, il a recueilli des parcours de vie et les a montés (au sens radiophonique) en les confrontant à d'autres sources et archives pour composer un portrait sensible du territoire et de ses habitants, écrit à la première personne, avec subjectivité et tonicité. Tensions, passions, paradoxes, valeurs, engagements s'y expriment et s'y mêlent. La fierté ouvrière reste "chevillée" au corps malgré la montée du chômage, les enjeux politiques et les difficultés sociales.

    par Mohammed BENSABER Le 08 octobre 2021 à 17:08