Un divan à Tunis / réalisé et scénarisé par Manele Labidi

Vidéo

Labidi, Manele (1982-...). Réalisateur. Scénariste

Edité par Diaphana Films. France - 2020

Dans une Tunisie tout juste libérée de l'emprise de Ben Ali, Selma, 35 ans, revient ouvrir un cabinet de psychanalyse dans une banlieue populaire de Tunis. Suscitant curiosité, incompréhension, voire même rejet, elle souhaite écouter et libérer la parole des autres à un moment où un pays entier découvre la liberté de pensée et de parole.

Bonus :.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Une petite pépite poétique 3/5

    Tunis, 2011. Selma revient dans son pays pour exercer sa profession de psychanalyste. Dans une Tunisie qui vient juste de faire tomber le régime de Ben Ali, dans cette Tunis où se côtoient tradition et modernité, dans une nation gouvernée depuis trente ans et plus par une oligarchie clientéliste où la seule façon de faire consistait à "connaître quelqu'un qui connaît quelqu'un qui...", l'arrivée de Selma, femme célibataire, tatouée, "française" provoque un petit séisme à son échelle et celle du quartier. A travers cette comédie douce amère, la réalisatrice aborde avec douceur et légèreté le traumatisme d'une société déboussolée, tiraillée entre modernité et tradition qui veut tout autant entrer dans ce vingt et unième siècle que rester dans ce qu'elle connaît le mieux... son présent. Selma, en installant son divan sur le toit d'une maison de Tunis au milieu d'un quartier populaire devient, et est elle même, le réceptacle des peurs, des envies, des fantasmes.. de ces tunisiens et tunisiennes, majoritairement des tunisiennes d'ailleurs, qui sentent bien que leurs vies vont être bouleversées et ne seront jamais plus comme avant. Manele Labidi croque avec délicatesse, tendresse et beaucoup de justesse et de bienveillance, le portrait d'une population sans jamais ni juger ni mettre son héroïne en position de le faire. Car si Selma est bien l'héroïne du film, elle n'est pas exempte de défauts, de fêlures et de blessures qui la guident dans cette nouvelle vie. Une vraie petite pépite à regarder pour se faire du bien, où l'on sourit souvent, on rit parfois et où, une fois le film fini, un sentiment de bien être nous envahit, ce qui n'est pas si fréquent...

    par Arnaud Le 30 décembre 2020 à 11:51